Le mental veut toujours tout comprendre…

.

Bonsoir,

J’ai acheté votre livre « la guérison intuitive » et je suis à la 1ère phase de votre méthode.

Quand je cerne une peur, que je médite (ressenti, acceptation, pardon, aimer), par après, dans les heures ou les jours qui suivent, je suis fortement tentée d’analyser, j’ai un besoin compulsif de comprendre le pourquoi du comment, d’investir. Est-ce cela l’activité du mental? Quelle est la différence entre réfléchir, faire des recoupements, analyser et les activités du mental? Si différences il y a. C’est quoi au juste ce mental? Je crois que si je ne passe pas par cette phase de compréhension, je ne réussirais pas à me défaire, à me nettoyer de cette peur. Aidez-moi s’il vous plait à y voir plus clair.  J’ai vraiment l’impression que toute ma vie je me suis posée de nombreuses questions, chaque réponse apportant d’autres questions et c’est sans fin. Et j’avoue être très lasse de tout cela.  J’avais l’impression d’être justement consciente de beaucoup de choses grâce aux conclusions de mes réflexions, mais que cela est en même temps sans fin. En bref le sentiment de tourner en rond, un peu comme le chat qui essaie d’attraper sa queue.

Sur cette image qui vaut ce qu’elle vaut, je vous souhaite une belle soirée et merci de ce que vous apportez au monde.


Bonjour C,

Ton image et ta compréhension sont tout à fait justes. Le mental c’est le principe de réflexion, c’est tout ce qui se met à cogiter dans la tête: analyse, compréhension, conclusion, mémorisation, … Tout ça c’est l’activité mentale! Et, en effet, comme tu le dis très bien, c’est un jeu sans fin, dans le sens où dès qu’une « réponse » est trouvée, d’autres questions émergent de cette réponse, sans que cela ne s’arrête jamais. J’ai moi aussi une image qui est celle d’un labyrinthe duquel on tente de sortir et dès qu’on croit avoir trouvé une sortie, on se rend compte qu’il ne s’agit que d’une entrée vers un nouveau labyrinthe. Quand, comme toi, on voit clairement ce schéma, on en arrive à être fatigué de jouer et c’est là, dans cette fatigue que peut survenir un lâcher prise sur ce réflexe mental de chercher sans cesse des réponses, qui au final n’en sont pas.

Laisser l’intelligence intuitive mener la danse, c’est justement lâcher le schémas mental, arrêter de chercher des réponses derrière des compréhensions et des analyses et permettre simplement à ce qui doit l’être d’être révélé, d’être ressenti, compris intuitivement et non mentalement ou intellectuellement. Ceci dit, il y a une chose chez toi qui peut encore bloquer cette légèreté intuitive, c’est cette croyance:  » Je crois que si je ne passe pas par cette phase de compréhension, je ne réussirais pas à me défaire, à me nettoyer de cette peur. »

C’est ce que tu crois, mais c’est simplement un réflexe mental. Le mental a toujours besoin de comprendre parce qu’il a peur. Et il croit que si il comprend, alors il peut contrôler et cette sensation de contrôle le rassure. Or, rien n’est contrôlable et cette sécurité que le mental cherche il ne la trouvera jamais dans son schémas de contrôle. La peur est cette phase de compréhension elle-même et tu ne pourras pas t’en défaire tant que tu ne te déferas pas simplement de cette idée. Mais, ne me crois pas sur parole, fais-en l’expérience toi-même. Imagines pendant une minute seulement qu’il n’y ai plus aucune compréhension. Pendant l’espace d’une minute, regardes ce que cela donnerai si toute recherche de compréhension disparaissait… Tu fermes simplement les yeux et tu te dis: ok, si là, maintenant je faisais l’expérience de ce que serait la vie si je n’avais rien à comprendre et s’il n’y avait plus aucun réflexe à vouloir comprendre. Si je lâchais cette compulsion à vouloir comprendre, comment je me sentirais maintenant?

Tu verras que quand tout ça s’arrête, alors le corps se relâche, une paix survient et une légèreté peut être ressentie. Où est alors la peur là-dedans? Il n’y en a pas. La peur n’est que le résultat de cette croyance qu’il faut comprendre et pas l’inverse. Si cette idée de devoir comprendre est lâchée, la vie peut s’écouler librement et légèrement.

Un grand merci pour ta question très lucide et bonne continuation dans ta lecture et dans la libération de tes mémoires.

Je t’embrasse.

Caroline