Les mouvements de va et vient de la conscience

Question:

Bonjour Caroline, je me permets de te contacter pour avoir ton avis. Les choses arrivent elles d’elles même ? Est-ce vrai que tout ce qui se présente à ma perception est déjà parfait et réalisé ? Je ressens souvent de l’inconfort et de l’anxiété face aux gens et dans la vie de tous les jours… et aussi de la culpabilité de ressentir ces choses-là, pourtant je ne peux rien y faire ? Même ça est à sa place ? Temps que cela se présente à moi, cela EST ? Parfois une grande quiétude est ressenti et il semble être vu qu’il n’y a personne, puis parfois les soucis de la vie, la sensation d’avoir une histoire personnelle réapparaît = contraction … et là que faire !?  Merci du fond du cœur pour les vidéos.

Réponse:

Bonjour M,

Les choses arrivent d’elles-mêmes, oui ; et « tout ce qui est » est déjà réalisé et parfait, c’est vrai aussi. Mais, c’est à toi de le découvrir. Il n’est pas question de le croire aveuglément si cela n’est pas une évidence pour toi! Quand cela est affirmé, pour celui qui ne le voit pas, c’est plutôt une invitation à le découvrir.

Si quand face au gens et dans la vie de tous les jours tu ressens souvent de l’inconfort, c’est apparemment bien ce qui est là ! Si suite à ce ressenti, un sentiment de culpabilité apparaît, c’est bien aussi ce qui est là ! Et en effet, tu ne peux rien y faire ! Ce qui apparaît, apparaît sans ton avis, sans ta permission. Comment les choses pourraient-elles être à une autre place ? Est-ce que tu t’interroges sur le fait que la France soit à la bonne place sur la terre ? C’est là que la France se trouve, c’est tout ! Il n’est même pas question de quelque chose qui se présente à quelqu’un. C’est bien plus simple… Il n’y a que cela, que ce qui est et il n’y a besoin de personne pour que cela soit.

Cette perfection vue dans « ce qui est » ne prétend rien, simplement elle est. Et c’est cette non-prétention à être parfaite, ce non savoir de ce qu’est même la perfection qui est la perfection elle-même! Le mental ne peut pas comprendre ce qu’est la perfection sans se référer à des jugements et des comparaisons. La dualité l’enferme dans une vision de la perfection qui ne pourra être que subjective et donc propre à chaque individu. La perfection dont je parle, est simplement la beauté et l’intelligence à l’état pur de « ce qui est ». C’est une perfection incluant absolument tout et non, comme le mental pourrait la définir, excluant ce qui lui semble séparé de la perfection. La perfection est justement l’inclusion absolue.

Pour en revenir à ton témoignage, quand l’idée d’être un personne est absente (ou amoindrie), il y a en effet,  une décontraction, et dans ce cas, une quiétude peut être ressentie. Dans ces moments-là, il est bien sûr possible, comme tu le décris, qu’il y ait une sorte de reconnaissance de cette vérité « il n’y a personne », qui même si elle n’est pas encore transcendante, est comme un début d’aperçu de cette réalité, et c’est très bien. Puis, comme tu le dis, à d’autres moments, les histoires personnelles reprennent le dessus et contractent à nouveau la conscience dans l’individu. Alors, que faire ?  Mais si seulement il existait quelqu’un pour pouvoir faire quelque chose, alors peut-être que la question aurait un sens… mais il n’est personne pour pouvoir faire quoi que ce soit et c’est ça qui doit être réalisé.

C’est juste ce qui arrive et il ne peut y avoir qu’un constat de ce mouvement. Ce mouvement fait exactement ce qu’il a à faire et rien de ce que « toi » tu pourras (croire) faire ou ne pas faire n’aura une quelconque influence sur ce mouvement. Il fait exactement ce qu’il veut, que tu le veuilles ou non, d’ailleurs. Il n’est possible ni de le maintenir, ni de le repousser. Et à la fois, le fait que cette question « que faire » soit posée montre qu’il subsiste bel et bien l’idée qu’il existe quelqu’un qui pourrait faire quoi que ce soit. Et ce mouvement est ce qui est en train de réduire cette idée à néant.